Blockchain

L’Université canadienne ajoute deux programmes de blockchain pour répondre aux demandes d’emploi

L’Université York, basée au Canada, lancera deux nouveaux programmes d’enseignement sur la blockchain en septembre 2020 afin de répondre à la demande croissante de professionnels dans le domaine.

L’École de formation continue de l’Université York du Canada a annoncé aujourd’hui deux nouveaux programmes de blockchain continus de niveau universitaire – le certificat à temps partiel en développement de blockchain et le certificat de troisième cycle à temps plein en back-end et développement de blockchain.

L’université a déclaré que leurs nouveaux cours visent à répondre à la demande croissante de rôles de développeur de chaînes de blocs au Canada, en particulier dans la région du Grand Toronto, où elle a augmenté de 374% au cours des deux dernières années.

Aider les gens à se perfectionner et à réintégrer le marché du travail

Les deux cours, qui devraient commencer en septembre, aideront les étudiants à perfectionner leurs compétences et à créer un portefeuille dans le domaine de la blockchain afin qu’ils puissent sécuriser leurs rôles de professionnels de la blockchain.

L’université offrira le cours de développement de blockchain à temps partiel entièrement en ligne. Cependant, le cours de certification post-universitaire commencera en ligne, puis, selon les directives de santé publique, se poursuivra sur le campus.

Bien que l’inscription au cours soit ouverte, l’université n’a pas précisé la durée des cours ni le nombre d’étudiants qu’elle accueillera.

COVID-19 a révélé notre système inefficace

La pandémie de coronavirus a montré une multitude de failles dans les systèmes de partage d’informations et les chaînes d’approvisionnement existants. Un membre du conseil consultatif du programme de troisième cycle a déclaré que des technologies telles que la blockchain sont cruciales pour construire un système de gouvernance des données plus transparent et plus performant qui peut atténuer les crises comme l’actuelle.

Dans son annonce, l’université a souligné que la pandémie en cours n’a fait qu’accroître la demande de cas d’utilisation de blockchain et d’emplois de blockchain. La vice-présidente adjointe des études continues, Tracey Taylor-O’Reilly, a déclaré que la blockchain est une technologie révolutionnaire qui peut aider à «résoudre les problèmes créés par la pandémie».

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer